Visite à MALAUCENE au petit bonheur


En ce beau samedi du 8 avril, en fin de matinée, j’ai eu envie de rendre une petite visite à l’exposition « Pépites & petits bonheurs des Archives Municipales ».

Bien m’en a pris car ce fut la découverte de « trésors » que l’on peut potentiellement trouver dans nos archives municipales et que non seulement nous ignorons mais que nous ne pensons pas à chercher si près de nous.

Ainsi, à Malaucène se trouve un parchemin du XIVème siècle pour lequel il a fallu sacrifier vingt brebis bien grasses pour leur faire la peau, puis patiemment, sans une rature et au fil des décennies, relever à la plume d’oie probablement, d’une écriture fine et précise l’ensemble des propriétés de la ville et de ses alentours. 14 mètres de peaux cousues les unes aux autres avec la signature de l’auteur brochant sur chaque jointure, sans doute pour éviter la disparition de l’une d’elles ou pour éventuellement les recoudre en cas de rupture des ligatures.

Photo parchemin

Si vous ajoutez à cela les explications éclairées et volubiles du maître de cérémonie Jacques GALAS, ancien membre du CGV, décrivant l’impact de la peste noire sur la démographie et les différentes familles malaucéniennes, vous êtes sûrs de passer un bon moment de culture et d’érudition.

Outre ce parchemin on peut encore découvrir quelques textes enluminés et dont certaines enluminures portent des « grotesques » sur la première lettre.

L’un d’elles semble tirer la langue et cela interroge M. GALAS qui n’a pu obtenir de réponse à ce jour des instances officielles :

– Quelle est la signification de la présence de ces dessins sur des documents « sérieux » ?

– Sont-ils facétieux, iconnoclastes ou blasphématoires ? 

– Est-ce bien l’image de quelqu’un qui tire la langue, ou avaient-ils presque inventé la bulle des bandes-dessinées en symbolisant la parole, le verbe sortant de la bouche ?

Voilà comment on entre dans une exposition pour découvrir des merveilles du passé pour en sortir avec plus de questions passionnantes.

Merci M. GALAS de cette belle initiative et pour ceux encore hésitants, Allez-y, vous avez jusqu’au 15 avril 2017 pour vous faire votre opinion et peut-être répondre à toutes ces questions.

Pierre FERAUD                                                                                                                                 09/04/2017


1598 premiers statuts municipaux

 


emplacements  des lieux cités sur le parchemin